• Berthe Morisot

    Berthe Morisot - "La passion impressionniste"



    Berthe Morisot est née le 14 Janvier 1841 à Bourges
    dans le Cher d’un père haut fonctionnaire préfet, et chef d’une famille bourgeoise de 4 enfants, Tiburce Morisot. 


    En 1848 la famille quitte Bourges et s’installe à Limoges
    où son père exerce la même fonction mais cette fois de la Haute-Vienne.

    En 1855 Tiburce démissionne, il quitte la province et rapproche sa famille de Paris en s’installant dans la paisible campagne de Passy.

    En 1857 Berthe reçoit des cours de piano et prend ses premières leçons de dessin, accompagnée de ses sœurs Yves et Edma, chez Chocarne puis Guichard.

    En 1862, ce dernier constatant le talent de Berthe et Edma, ainsi que le vif intérêt qu’elles portent à la peinture, les encourage et les recommande auprès de J.B. Corot dont l’atelier est situé à Ville-d’Avray et qui n’est autre qu’un ami de leur père Tiburce Morisot.

    Puis au tour de Corot, en 1863 de les recommander auprès d’Oudinot un de ses disciples. Elles feront la connaissance, dans l’atelier situé près d’Auvers, de Daumier, Daubigny et Guillemet et découvriront la peinture de plein air.

    Berthe expose ses premières œuvres, des paysages, des tableaux d’intérieur et des portraits au Salon de 1864 et de nouveau à celui de 1865, année où son père fait construire un atelier dans le jardin de la propriété, elle y travaillera toujours accompagnée de sa sœur Edma.

    Berthe exposera souvent ses œuvres au Salon jusqu’en 1873.


    En 1866 elle peint lors d’un séjour à Pont Aven accompagnée de Mary Cassatt et Eva Gonzalès
    , dès pionnières qui se feront accepter des impressionnistes grâce à leur talent, elles ont d’autant plus de mérite qu’à cette époque  la société est dominée par la gente masculine,  l’Ecole des Beaux Arts n’acceptant que les hommes. Les femmes y seront admises qu’à partir de 1897.

     

    Sa rencontre avec Edouard Manet en 1868 sera décisive.

    Cette année là, elle fait la connaissance de Manet au Louvres lieu où, comme beaucoup de jeunes artistes elle s’exerce en copiant des chefs d’œuvre. Elle subira d’ailleurs l’influence du chef de file des impressionnistes et deviendra son modèle, Manet peindra 9 portraits de Berthe. Elle y fera également la connaissance de Fantin-Latour et Degas.

    La guerre de 1870 appellera ses amis au front, Bazille qui n’en reviendra pas, Degas, Renoir, Manet. Loin des bombardements qu’elle ne supporte plus, elle part à Cherbourg rejoindre sa sœur Edma et change de sujet en peignant des marines.

    En 1874, elle expose des toiles, pastels et aquarelles au salon qui se tient dans l’atelier du photographe Félix Nadar au 35 boulevard des Capucines à Paris auprès de grands noms de l’impressionnisme tels Renoir, Manet et Sisley.

    Plus tard, elle épouse le frère d’Edouard, Eugène Manet peintre amateur qui fréquente également le milieu littéraire, elle donne naissance à une petite fille Julie, son grand bonheur et un sujet de passion qu’elle prendra souvent pour modèle dans son travail (Eugène Manet et sa fille à Bougival 1885, Eugène Manet et sa fille au jardin 1883, portrait de Berthe Morisot et sa fille 1885, Julie Manet tenant un livre 1889, Julie Manet et son lévrier Laerte 1893 …)

    Loin de la peinture académique, elle traite des sujets de plein air et des portraits empreints de sensibilité et de sincérité tout en fraîcheur et délicatesse.

    Berthe Morisot voyage beaucoup et peint de nombreuses toiles lors de ses séjours à Pont-Aven, Madrid, Argenteuil (Chez Claude Monet), en Angleterre à l’Ile de Wight en 1875, en Italie, en Hollande, à Fontainebleau, à Nice ou en Belgique.

    En 1892 mort d’Eugène Manet, il rejoint son frère Edouard qui repose au cimetière de Passy depuis 1883 et première exposition personnelle chez les marchands de tableaux Boussod et Valadon. Cette même année elle confie sa fille Julie à Auguste Renoir pour son éducation de peintre.

    De santé fragile depuis le conflit franco-prussien de 1870, ayant engendré du bruit, de la fureur et des privations, Berthe Morisot s’éteint à Paris en 1895 des suites d’une grippe sans jamais avoir cessé de travailler et parfaire son art.

    La Grande Dame de l’impressionnisme est inhumée dans le caveau de la famille  Manet au cimetière de Passy.

    Une exposition posthume de ses œuvres organisée par ses amis peintres aura lieu à Paris en 1896 chez le marchand Durand Ruel.


    Le Saviez-vous ? Berthe Morisot est l’arrière petite-nièce de Fragonard, la tante de Paul Valéry par sa nièce et Stéphane Mallarmé deviendra le tuteur de sa fille Julie après la mort de son mari en 1892.